Homéopathes Sans Frontières
France
Ouvrir à tous l’accès aux soins

Accueil du site > Partir en mission > Des lectures ou des vidéos utiles > Nomade j’étais > Nomade j’étais

Nomade j’étais

Dans Un désir d’Orient, son livre pré­cé­dent, Edmonde Charles-Roux aban­don­nait la Genevoise Isabelle Eberhardt aux portes de l’Afrique, en 1899. Cet esprit nomade, qui mépri­sait les conven­tions et s’habillait en homme, cette déra­ci­née qui ne vivait bien que dans l’errance, rêvait de s’embar­quer pour le Sahara. Il aura fallu six lon­gues années de tra­vail à Edmonde Charles-Roux pour orga­ni­ser le départ de son héroïne et nous pro­po­ser le deuxième volume de sa bio­gra­phie, qui couvre les années afri­cai­nes d’Isabelle. Une période intense, riche en rebon­dis­se­ments, durant laquelle Isabelle effec­tue des aller et retour entre l’Afrique et l’Europe, vit des pas­sions tumul­tueu­ses, manque de se faire assas­si­ner avant de se faire inter­dire de séjour en Algérie.

Malgré les événements, Isabelle ne cesse d’écrire. Elle qui rêve de deve­nir écrivain, n’aura pas le temps de finir l’unique roman qu’elle a com­mencé. Mais il nous reste en revan­che des récits de voyage, et son jour­nal. Grâce à ces lon­gues années de coha­bi­ta­tion avec la jeune aven­tu­rière, Edmonde Charles-Roux a décrypté le moin­dre de ses écrits et nous raconte cette vie roma­nes­que sans omet­tre le plus petit événement. Isabelle meurt, à vingt-sept ans, lors de la catas­tro­phe d’Aïn Sefra, qui voit la rivière débor­der et englou­tir la ville. Auprès d’elle on retrou­vera deux manus­crits aux titres pro­phé­ti­ques : Le para­dis des eaux et Que c’est simple de mourir.

586 pages ; Grasset ; Grasset (février 1995) ; 25€ ISBN-13 : 978-2246473619


design choc02
réalisé avec SPIP