Homéopathes Sans Frontières
France
Ouvrir à tous l’accès aux soins

Accueil du site > nos actions > La formation - les cours de HSF-France > Les matières médicales

Les matières médicales

  • Abrotanum

    Présentation du remède : Abrotanum ou Artemisia abro­ta­num = Aurône mâle ou Armoise citro­nelle ou Citronelle garde robe (éloigne les mites !) C’est une com­po­sées, ori­gi­naire d’Europe méri­dio­nale, plante ligneuse pou­vant dépas­ser 1m de haut, à feuilles velues et gri­sâ­tres en des­sous, divi­sées en laniè­res étroites. Les fleurs jaunes, tubu­leu­ses, for­ment de très peti­tes capi­tu­les pen­dants dis­po­sés en une grappe feuillée. Elle a une odeur aro­ma­ti­que s’appa­ren­tant à celle de l’absin­the et du citron. Partie uti­li­sée : Les par­ties aérien­nes fleu­ries fraî­ches non ligni­fiées.

    Les mots clés : Amaigrissement marqué – Marasme – Dénutrition

  • Aconit

    Grande plante her­ba­cée de 1M à 2M de haut appar­te­nant à la famille des renon­cu­la­cées. Les fleurs sont en forme de casque. Elles sont de cou­leur bleu foncé. Elle pousse en zone mon­ta­gneuse en des­sous de 1800m C’est une plante toxi­que. L’intoxi­ca­tion aiguë abou­tit à la mort par para­ly­sie des mus­cles res­pi­ra­toi­res.

    Les indi­vi­dus Aconit sont des hyper­ac­tifs qui pré­voient tout, qui apai­sent leur angoisse dans l’action. La crainte les fait agir en dehors du bon sens. Ils rem­pla­cent le choix par la rapi­dité. Ils se pré­ci­pi­tent vers leur but, sans égard aux obs­ta­cles du chemin

  • Actea Racemosa

    Actaea race­mosa (Act.rac.) ou aussi appelé Cimicifuga Racemosa (Cimic.) est l’actée en grappe (herbe aux punai­ses), plante de la famille des renon­cu­la­cées ( comme Aconit, Staphysagria, Helleborus, Clematis erecta et Ranonculus bulb.), ori­gi­naire de l’Amérique du Nord. La tein­ture mère est pré­pa­rée avec les par­ties sou­ter­rai­nes du végé­tal, la racine fraî­che.

    • Actea (PDF – 91.3 ko)
  • Aesculus et Aloe

    AESCULUS HIPPOCASTANUM

    Marronnier d’Inde, arbre ori­gi­naire d’Asie, bien connu sous nos cli­mats. Ce sont les grai­nes, en forme de châ­tai­gnes, qui sont uti­li­sées en homéo­pa­thie avec leur tégu­ment marron.

    TYPOLOGIE

    Les sujets les plus sen­si­bles à l’action du remède sont plé­tho­ri­ques vei­neux, auto-intoxi­qués, séden­tai­res, au réveil péni­ble en raison d’un état de confu­sion intel­lec­tuelle après le som­meil. ALOE

    ALOE est un remède homéo­pa­thi­que d’ori­gine végé­tale, pré­paré à partir de l’aloès.

    TYPOLOGIE

    Comme pour AESCULUS, les sujets les plus sen­si­bles à l’action d’ALOE sont des plé­tho­ri­ques vei­neux, auto-intoxi­qués, séden­tai­res et irri­ta­bles.

    PATHOGENESIE / ACTION GENERALE

    1- action sur les veines L’expé­ri­men­ta­tion à dose faible pro­vo­que une conges­tion du sys­tème porte, inté­res­sant le foie, la veine splé­ni­que, le sys­tème hémor­roï­daire, les orga­nes pel­viens (vessie, pros­tate, utérus), avec ralen­tis­se­ment au niveau de la cir­cu­la­tion vei­neuse géné­rale (plé­thore avec ralen­tis­se­ment cir­cu­la­toire et nutri­tif)

  • Agaricus Muscarimus

    Description : AMANITE TUE-MOUCHE :Champignon toxi­que ; Espèce des régions tem­pé­rées, appa­rais­sant en automne dans les bois ombra­gés, carac­té­ri­sée par son cha­peau d’un rouge orangé par­semé de taches blan­ches. Composé de molé­cu­les hal­lu­ci­no­gè­nes et cura­ri­san­tes. Partie uti­li­sée : Le cham­pi­gnon entier frais.

    Les mots clés : TICS- SPASMES MUSCULAIRES ALTERATION du S.N. ENGELURES

  • Allium Cepa

    Présentation du remède : c’est l’oignon, dont le bulbe sert à pré­pa­rer la Teinture Mère. Les mots clés RHINORREE IRRITANTE POLLINOSE

  • Aloe

    Médicament d’action limi­tée mais fidèle

    Aloès du Cap : aloe ferox mil­le­fo­lium , arbus­tre commun d’afri­que du sud pous­sant dans les ter­rains secs et brû­lants

    Le suc épaissi des feuilles est uti­lisé sec ; Utilisation allo­pa­thi­que : laxa­tif ou pur­ga­tif ;

    Mots clés CONGESTION PORTALE , IRRITATION DU COLON , INCONTINANCE DES SELLES

    • Aloe (PDF – 82.1 ko)
  • Alumina

    Présentation du remède : issu de la bauxite, l’oxyde d’alu­mi­nium est une poudre blan­che amor­phe inso­lu­ble dans l’eau.

    Les mots clés : SECHERESSE PARESIES LENTEUR CONSTIPATION

  • Ambra Grisea

    L’ambre gris(Physeter macro­ce­pha­lus L) est une concré­tion pro­duite dans les intes­tins du cacha­lot, lors de la diges­tion de poul­pes. On le trouve flot­tant à la sur­face de la mer ou sim­ple­ment échoué sur les côtes. Il se pré­sente sous forme de blocs de taille très varia­ble. De cou­leur variant du gris au noi­râ­tre, il a une odeur spé­ci­fi­que qui expli­que son uti­li­sa­tion en par­fu­me­rie.

    • Ambra (PDF – 88.8 ko)
  • Anacardium orientale

    Arbre de la famille des ana­car­dia­cées, ori­gi­naire des régions mon­ta­gneu­ses de l’Inde, par­fois cultivé dans les régions tro­pi­ca­les. Son fruit est noir, ovale. Partie uti­li­sée : le fruit sec. Composition : nom­breux déri­vés phé­no­li­ques.

    Fatigue intel­lec­tuelle, dif­fi­culté de com­pré­hen­sion, affai­blis­se­ment et perte sou­daine de la mémoire pro­vo­quant une pani­que avant les exa­mens. Très irré­solu, indé­cis avec perte d’ini­tia­tive. Dédoublement de la per­son­na­lité, entend des voix, éprouve des pul­sions contra­dic­toi­res (conflit du bien et du mal). Grande irri­ta­bi­lité et pro­pen­sion à la colère avec impul­sion irré­sis­ti­ble à jurer, blas­phé­mer. Délire de per­sé­cu­tion, para­noïa.

  • Antimonium Crudum

    Sulfure d’anti­moine : poudre cris­tal­line gris noir et brillante Les mots clés : GROS MANGEUR ENDUIT EPAIS HARGNEUX BAIN FROID

  • Antimonium tartaricum

    Poudre cris­tal­line blan­che, ino­dore, de saveur métal­li­que

    Les mots clés : DYSPNEE MUCUS ABONDANT EXPECTORATION IMPOSSIBLE

    TYPOLOGIE Le remède sera indi­qué dans les modes réac­tion­nels cli­ni­ques regrou­pant ABATTEMENT PÂLEUR SOMNOLENCE

  • Apis Melifica

    Présentation du remède : l’abeille entière vivante .

    Symptôme clef indis­pen­sa­ble à la pres­crip­tion du remède : OEDEME d’appa­ri­tion bru­tale

  • Araignées - Tarentula

    Symptômes com­muns (Docteur Agnès Flour) Rapidité Cet animal est d’une rapi­dité incroya­ble Elles sau­tent, elles peu­vent faire des bonds de un mètre Musique Les arai­gnées chan­tent et dan­sent quel­que soient les espè­ces, pen­dant la parade amou­reuse. En frot­tant leurs pattes sur cer­tai­nes struc­tu­res de leurs corps, elles pro­dui­sent un chant. Chaque espèce d’arai­gnée pro­duit sa propre cho­ré­gra­phie. Jeûner Elles peu­vent faire un très gros repas et ensuite jeûner pen­dant des mois. Ça n’avale pas, ça malaxe et n’ingère que du jus. La toile Toutes les arai­gnées on des glan­des séri­ci­gè­nes pro­dui­sant de la soie, mais toutes ne l’uti­li­sent pas. Tarentula peut tisser mais elle peut ne jamais tisser de toute son exis­tence.

    Ce sont des arthro­po­des. Elles n’ont pas d’anten­nes, elles sont sen­si­bles par leurs poils. Plus proche des scor­pions que des insec­tes. Le can­ni­ba­lisme est banal chez les arai­gnées

  • Argentum Nitricum

    Présentation du remède : Le Nitrate d’argent n’existe pas à l’état natu­rel ; Il s’obtient par dis­so­lu­tion de l’argent dans l’acide azo­ti­que. Très caus­ti­que, il se dis­sout dans une partie égale d’eau froide, il se décom­pose faci­le­ment à l’air libre et à la lumière du soleil. Il a été uti­lisé en ins­til­la­tions contre les cys­ti­tes, en col­lyre à 1/100° contre l’oph­tal­mie des nou­veaux nés. Il doit être mani­pulé avec pré­ci­sion. Le nitrate d’argent a été long­temps uti­lisé comme sur­face réflé­chis­sante der­rière les glaces.

  • Arnica Montana

    L’Arnica des mon­ta­gnes est une plante de la famille des com­po­sées, de 20 à50 cm de hau­teur ; elle pousse à une alti­tude de 500 à 1400 m. La tein­ture mère est obte­nue à partir de la plante entière. Composition com­plexe. La patho­gé­nie a été faite par Hahnemann.

  • Arsenicum Album

    C’est l’any­dride arsé­nieux As2O3

    Poison par­ti­cu­liè­re­ment vio­lent dont les nom­breux symp­tô­mes ont été four­nis par la toxi­co­lo­gie et l’expé­ri­men­ta­tion Poudre cris­tal­line, inco­lore, ino­dore, de saveur légè­re­ment acide, peu solu­ble dans l’eau. Substance métal­li­que que rien ne peut détruire. Se trouve rare­ment à l’état libre. Quand on le pro­jette sur des char­bons ardents, il se décom­pose et répand alors une odeur d’ail très carac­té­ris­ti­que. « Ce remède repré­sente le poison humain par excel­lence, ,poison miné­ral, et comme tous les miné­raux, il en aura les carac­té­ris­ti­ques por­tées à un haut degré, notam­ment l’atta­che­ment à une struc­ture très orga­ni­sée et une inca­pa­cité d’assu­mer le moin­dre chan­ge­ment. » J.Lathoud

  • Arsenicum Iodatum

    L´action d´Arsenicum ioda­tum est très voi­sine de celle d´Arsenicum Album. Dans Arsenicum ioda­tum l´élément Arsenic domine l´élément Iodium au point de vue de l´action patho­gé­né­ti­que. Arsenicum ioda­tum a une action bien plus mar­quée sur les éléments glan­du­lai­res 1) sur la thy­roïde qui est en dys­fonc­tion avec mani­fes­ta­tion plus fré­quente d´hyper­ac­ti­vité ; 2) sur le sys­tème lym­pha­ti­que où l´on observe des inflam­ma­tions et engor­ge­ments gan­glion­nai­res aigus et chro­ni­ques. La nutri­tion est très affec­tée par Arsenicum ioda­tum, la désas­si­mi­la­tion étant plus accen­tuée, qu´elle l´est chez Arsenicum, du fait de l´iode. L´amai­gris­se­ment peut être très marqué.

  • Asterias Rubens

    Présentation du remède : Etoile de mer, membre des asté­ri­des, classe des Echinodermes, elles ont la forme d’une étoile à cinq bran­ches. Chaque bran­che pré­sente des ven­tou­ses à sa face infé­rieure. Au centre un sac diges­tif qui peut se retour­ner comme un gant. Elle se nour­rit de moules dont elle écarte les valves grâce à ses ven­tou­ses, et dans les­quel­les elle intro­duit son esto­mac retourné, réa­li­sant un des très rares cas de diges­tion externe dans le monde animal Le corps est ren­forcé par une armure flexi­ble d’éléments sque­let­ti­ques

  • Aurum Metallicum

    Présentation du remède : C’est l’or métal­li­que ou or en feuille (aurum folia­tum). Il est avec l’argent et le pla­tine, l’un des « métaux pré­cieux uti­li­sés en thé­ra­peu­ti­que homéo­pa­thi­que. Il se trouve le plus sou­vent à l’état natif, soit en filons, soit en pépi­tes, soit en paillet­tes dans le sable de cer­tai­nes riviè­res. Discussions obso­lè­tes sur la pureté car il y a non seu­le­ment un peu d’argent mais aussi au moins 28 éléments dif­fé­rents. En fait, dans un métal, il y a tou­jours des atomes étrangers. Pour l’usage homéo­pa­thi­que, on part de l’or pré­ci­pité à partir d’une solu­tion de chlo­rure d’or (les trois pre­miè­res dyna­mi­sa­tions sont pré­pa­rées par tri­tu­ra­tion, les sui­van­tes par dilu­tions suc­ces­si­ves).

    • Aurum (PDF – 104.8 ko)
  • Azadirachta Indica

    Présentation du remède : Le mar­gou­sier (Azadirachta indica), ou neem, est un arbre à feuillage per­sis­tant, ori­gi­naire de l’Inde de la famille des Méliacées Ses fruits offrent un insec­ti­cide redou­ta­ble, l’aza­di­rach­tine, tota­le­ment inof­fen­sif pour les hommes et ani­maux à sang chaud mais vul­né­ra­ble à la lumière. Il bloque la méta­mor­phose du stade lar­vaire à celui d’adulte et para­lyse son tube diges­tif.

  • Baptisia Tinctoria

    Plante du Canada et des Etats Unis, à tige dres­sée, rami­fiée, pou­vant attein­dre 80 cm de haut. Les fleurs réu­nies en grappe sont jaunes = indigo sau­vage. Pour le remède on uti­lise la partie sou­ter­raine

  • Baryta Carbonica

    Le car­bo­nate de baryum est une sub­stance toxi­que expé­ri­men­tée par Hahnemann en dilu­tions élevées. Il se pré­sente sous forme d’une poudre blan­che inso­lu­ble dans l’eau et l’alcool RALENTISSEMENT,RETARD HYPERTROPHIE SCLEROSE PSYCHISME

  • Belladona

    Plante robuste pou­vant attein­dre 2m de la famille des sola­na­cées, ren­fer­mant deux alca­loï­des prin­ci­paux : l’hyos­cia­mine et l’atropine. Le fruit est une baie glo­bu­leuse noire et brillante, de la gros­seur d’une cerise. Elle pousse sur­tout en ter­rain cal­caire

  • Berberis

    Présentation du remède : C’est l’épine vinette, arbris­seau de la famille des Berbéridacées (Europe, orient). Il contient de la ber­bé­rine comme Hydrastis can. et Chelidonium majus. Il est uti­lisé en allo­pa­thie comme fébri­fuge, cho­la­go­gue, pur­ga­tif ;

    Les mots clés DRAINAGE HEPATOVESICULAIRE et CUTANE ACIDE URIQUE

  • Bryonia

    Plante grim­pante vivace par une racine char­nue volu­mi­neuse. Les tiges très lon­gues et grêles sont munies de vrilles spi­ra­lées oppo­sées aux feuilles. Les fleurs sont ver­dâ­tres. Le fruit est une petite baie rouge = la BRYONE BLANCHE = navet du diable La plante est com­mune dans les haies et les buis­sons C’est la racine qui est uti­li­sée Mots clés : MOUVEMENT/IMMOBILITE .SECHERESSE / SOIF VIVE . PRESSION

  • Cactus

    Présentation du remède : cactus du Mexique et des Indes

    Les mots clés ETAU CONSTRICTIONS DOULOUREUSES

  • Calcarea Cabonica

    Constitué par le cal­caire pré­levé dans la coquille d’huître après élimination de la nacre Poudre blan­châ­tre dont le prin­ci­pal cons­ti­tuant est Ca CO2 accom­pa­gné de peti­tes quan­ti­tés de chlo­ru­res, phos­pha­tes et magné­sium

    Les mots clés : GRAS PEURS TRANSPIRATION FROID

  • Calcarea autres

    CALCAREA PHOSPHORICA Calcarea phos­pho­rica (phos­phate de cal­cium) L´élément phos­phore donne à ce sel une note d´irri­ta­bi­lité ner­veuse qui en fait un remède pos­sé­dant une spon­ta­néité vitale dont Calcarea car­bo­nica, plus passif, est dénué.

    CALCAREA FLUORICA Calcarea fluo­rata (ou fluo­rica) se trouve dans la nature sous forme d´une pierre appe­lée "fluo­rine", elle était uti­li­sée en Chine pour calmer les gens ner­veux et anxieux. Cette sub­stance se trouve à l´état normal à la sur­face des os, dans l´émail den­taire, dans les fibres élastiques, dans la peau, dans le sang et le lait.

    CALCAREA SULFURICA Présentation du remède : Sulphate de cal­cium

    LES AUTRES CALCAREA Je ne ferai que citer les prin­ci­paux par ordre alpha­bé­ti­que Acética, arse­ni­cosa, bro­mata, iodata, muria­tica, nitrica, oxa­lica, sili­cata Un symp­tôme inté­res­sant et ori­gi­nal de cal­ca­rea sili­cata : parle avec les morts Le sujet est très sen­si­ble au froid. Il est faible, émacié, il a froid et a des fris­sons, symp­tô­mes qui s´aggra­vent dans une atmo­sphère trop chaude. Sensibilité géné­ra­li­sée. Atrophie chez les enfants.

  • Camphora

    C’est le cam­phre Huile vola­tile reti­rée du laurus cam­phora, arbre japo­nais de la famille des lau­riers

  • Cantharis

    Présentation du remède : mouche espa­gnole= la can­tha­ride :

    On pré­pare la tein­ture mère avec la can­tha­ride entière pul­vé­ri­sée.

    Les mots clés bulle brû­lure uri­naire brû­lure

  • Capsicum Annuum

    Présentation du remède : C’est le poivre de Cayenne, une Solanée comme Belladonna, Hyoscyamus ou Stramonium

    Les mots clés : INFLAMMATION -DOULEURS BRULANTES ET PIQUANTES-NOSTALGIE

  • Carbo Animalis

    Présentation du remède : char­bon de cuir de bœuf Préparation : Placer un mor­ceau épais de peau de bœuf entre des char­bons en fusion, où il doit rester aussi long­temps qu´il jette des flam­mes puis rapi­de­ment placer le mor­ceau incan­des­cent entre des pier­res plates, pour stop­per la com­bus­tion (Si on le lais­sait se refroi­dir pro­gres­si­ve­ment à l´air, parce que tout le char­bon serait consumé) Triturer.

  • Carbo Vegetalis

    C’est le char­bon végé­tal= le char­bon de bois Les mots clés :METEORISME CYANOSE COLLAPSUS

  • Castor Equi

    Il s’agit d’un petit cal plat, de forme ovale allon­gée, plissé en sur­face, se déli­tant par squa­mes, plus foncé que le sabot, situé à la face interne de la jambe, au-dessus de la partie pos­té­rieure du pied du cheval. Aussi appelé par Oken « l’ongle rudi­men­taire du pouce du cheval », et par Paracelse " ver­ru­coe equo­rum genuum" : verrue des genoux des che­vaux. (Voir Hering, Vermeulen, ...)

  • Caulophylum

    Plante vivace des régions mon­ta­gneu­ses de l’Amérique du Nord, d’envi­ron 80cms. Les fleurs sont ver­dâ­tres et peu nom­breu­ses. On uti­lise les par­ties sou­ter­rai­nes sèches. Certains des com­po­sants rap­pro­chent la plante d’Actea Racemosa

    Les mots clés ATONIE UTERINE PETITES ARTICULATIONS

  • Causticum

    Présentation du remède : C’est à Hahnemann que nous devons l’intro­duc­tion dans nos matiè­res médi­ca­les de cette sub­stance qui se défi­nit par son mode de pré­pa­ra­tion. C’est une sub­stance com­plexe, qui n’existe pas à l’état simple. Préparé à base de chaux et de bisul­fate de potas­sium, ce remède subit brû­lure, trem­page, cha­leur, et vapeur, réduc­tion en pous­sière, mor­tier, fonte, refroi­dis­se­ment, ébouillantage et dis­til­la­tion. Causticum « en a vu de toutes les cou­leurs, que va –t-il encore lui arri­ver ? » Dr. Marc Brunson. Causticum est un poly­chreste. Dr.P. Schmidt

    Les mots clés PARALYSIE . PARESIE RAIDEUR PEUR

  • Chamomilla

    La camo­mille uti­li­sée en Homœopathie est la camo­mille com­mune, camo­mille alle­mande, famille des com­po­sées. On pré­pare la tein­ture-mère à partir de la plante toute entière recueillie au moment de la flo­rai­son.

    DOULEURS INTOLERABLES

    CARACTERE COLEREUX

    COMPORTEMENT

  • Chelidonium Majus

    Présentation du remède : La Grande Chélidoine ( en grec : Don du Ciel) est une plante vivace de la famille des papa­vé­ra­cées, com­mune en Europe où elle pousse le long des vieux murs, sur les décom­bres et les lieux incultes .Rhizome épais, feuilles décou­pées, fleurs jaunes, tige rameuse don­nant un latex – jaune comme la bile - caus­ti­que pour la peau (herbe aux ver­rues) ; elle est appe­lée également « la Grande Eclaire » : elle ouvri­rait le 3ième œil, elle amé­liore la vue. La TM est pré­pa­rée à partir de la plante entière fraî­che, récol­tée pen­dant la flo­rai­son.

  • China

    = écorce de quin­quina remède his­to­ri­que puis­que c’est à partir de lui que l’homéo­pa­thie est née l’arbre (Cinchona) est ori­gi­naire d’Amérique du Sud.(à l’état sau­vage dans la cor­dillère des Andes) Il mesure 15 à 20M de haut, les fleurs sont blan­ches, jau­nâ­tres ou rosées , odo­ran­tes Cet arbre a une his­toire « tra­gi­que » : Les indiens ont tou­jours gardé secret l’exis­tence de cet arbre aux vertus extra­or­di­nai­res, sur­tout dans le trai­te­ment des fiè­vres mala­ria­les.. Fabriqué à partir de l’écorce du Quinquina, le secret de cette poudre fut ramené par les jésui­tes en occi­dent, acheté par Louis XIV, vendu pour de l’argent lors des épidémies, puis fal­si­fié pour un rap­port plus grand.. Commença, alors, la recher­che de cet arbre pour l’abat­tre , les puis­san­tes com­pa­gnies finan­ciè­res rêvent de le culti­ver. Le Quinquina pousse en alti­tude, sur le ver­sant ouest des mon­ta­gnes, par où arri­vent les pluies. Il est beau et har­mo­nieux. L’homme va arra­cher avec des cou­teaux, l’écorce, pro­vo­quant un écoulement irré­mé­dia­ble de la sève, ce qui empê­chera l’arbre de gran­dir, de se déve­lop­per, sinon par accès et non har­mo­nieu­se­ment. Se recons­truire cons­ti­tue pour le Quinquina un véri­ta­ble pro­blème.

    • China (PDF – 120.2 ko)
  • Cicuta Virosa

    Présentation du remède : ciguë d’eau, cicu­taire véné­neuse ou « persil des fous », plante de la famille des ombel­li­fè­res

    Les mots clés EPILEPSIE SPASMES ENFANTIN

  • Coccus Cacti

    = la coche­nille du Mexique

  • Coffea

    Présentation du remède :C’est le café vert, semen­ces non tor­ré­fiées du fruit de coffea ara­bica, arbuste de la famille des rubia­cées (Ethiopie/Arabie) Le prin­cipe actif est la caféine, très connu, employé en thé­ra­peu­ti­que clas­si­que proche de la théo­phyl­line ;

    Les mots clés EXCITATION INTELLECTUELLE EUPHORIE HYPERREACTIVITE AUX EMOTIONS JOYEUSES

  • Colocynthis

    C’est la colo­quinte ou concom­bre amer, plante de la famille des cucur­bi­ta­cées (Orient, Afrique du Nord) comme le poti­ron , les cale­bas­ses... On uti­lise les fruits des­sé­chés avec leurs grai­nes.

  • Conium Maculatum

    Présentation du remède : Conium macu­la­tum (Con.) ou grande ciguë est une plante de la famille des ombel­li­fè­res, elle pousse dans les haies et les che­mins de l’Europe, dans des lieues incultes, près des murs et des haies. Elle est très véné­neuse et cause de fré­quents empoi­son­ne­ments du fait de sa res­sem­blance avec le cer­feuil.

    Les mots clés PARALYSIE ASCENDANTE SCLEROSE GANGLIONNAIRE VERTIGES RALENTISSEMENT

  • Cuprum Metallicum

    Le cuivre est un métal que l’on peut trou­ver à l’état natif dans la nature. On signale des car­riè­res de cuivre à Chypre dans l’anti­quité. Le cuivre se tra­vaille en métal­lur­gie depuis l’ âge de Cuivre ( - 4000 ans). Le cuivre, à très faible dose, est un oligo-élément indis­pen­sa­ble à la vie. Les pre­miè­res expé­ri­men­ta­tions ont été condui­tes par Hahnemann

    Mots clé IMPRESSIONNE DEVANT LES RESPONSABILITES

    CRAMPES - SPASMES - CONVULSIONS AVEC PLEURS

    QUINTES DE TOUX CALMEES PAR UNE BOISSON FROIDE

  • Cyclamen

    Présentation du remède : Parmi les quel­ques 30 espè­ces de cycla­men, plan­tes de l´aire médi­ter­ra­néenne orien­tale, l´espèce pur­pu­ras­cens ou euro­paeus est pres­que la seule à péné­trer en Europe Centrale, jusqu´à un peu au nord des Alpes. Le cycla­men cher­che l´ombre des bois ou des taillis, l´humi­dité et la cha­leur du sol. Toute cette plante, mais sur­tout son bulbe, est riche en sapo­nine, d’ où une cer­taine toxi­cité. Les homéo­pa­thes uti­li­sent le bulbe de cycla­men. Les pre­miè­res expé­ri­men­ta­tion ont été réa­li­sées par HAHNEMANN et dans le traité de matière médi­cal por­tant son nom, il pré­sente la pré­pa­ra­tion de la Teinture Mère ainsi : Vers l´automne ; on exprime le suc de la racine fraî­che, et on le mêle avec par­ties égales d´alcool…).

  • Drosera

    Petite plante vivace des lieux maré­ca­geux . on les trouve sur­tout en Europe cen­trale. C’est une plante car­ni­vore. On uti­lise pour le remède, la plante entière

  • Dulcamara

    Plante : DOUCE AMERE - Solanée peu toxi­que sauf à forte dose - uti­li­sée naguère comme dépu­ra­tif - vit en ter­rain HUMIDE.

  • Eupatorium Perfoliatum

    « Herbe à la fièvre » ou « Origan des marais » c’est une plante vivace pous­sant dans les endroits humi­des et maré­ca­geux , de la famille des Composées (comme Arnica , Chamomilla , Calendula, autres remè­des homéo­pa­thi­ques , et l’Armoise qui contient la fameuse « arté­mi­sine » si utile contre le Paludisme .. ) Ses fleurs blan­ches sen­tent la vanille. La partie aérienne fleu­rie est uti­li­sée pour le remède.

  • Euphrasia

    Présentation du remède : On uti­lise la tein­ture mère de la plante entière fleu­rie, dite casse-lunet­tes, famille des scro­fu­la­ria­cées. Dans l’ancienne phar­ma­co­pée, la plante était uti­li­sée en macé­ra­tion pour des bains ocu­lai­res des­ti­nés à trai­ter les lar­moie­ments, les conjonc­ti­vi­tes et toutes les fati­gues de la vue.

  • Ferrum Metallicum

    Provenance : FER

  • Ferrum Phosphoricum

    Poudre gris bleu ou cris­taux pra­ti­que­ment inso­lu­bles dans l’eau, solu­bles dans les acides miné­raux

  • Fluoric acid

    Présentation du remède : L’acide fluor­hy­dri­que ( HF ) est une solu­tion de gaz fluor­hy­dri­que dis­sous dans l’eau . C’est un liquide toxi­que, lim­pide et inco­lore, fumant à l’air, d’odeur piquante, mis­ci­ble à l’eau et à l’alcool, atta­quant les pro­duits à base de silice. C’est un acide fort qui creuse, fis­tu­lise, ulcère, ronge.

    Les mots clés FISTULES VARICES PTOSE INSTABILITE CARACTERIELLE

  • Gelsemium

    Jasmin de la Caroline. Arbrisseau volu­bile à feuilles per­sis­tan­tes, à fleurs jaunes odo­ran­tes. Il pousse de façon spon­ta­née dans les bois humi­des du sud est des Etats-Unis

  • Graphites

    Poudre noire très fine, conte­nant du car­bone Sert à fabri­quer les mines de crayons noirs (= mine de plomb)

  • Hepar Sulfur

    Foie de soufre cal­caire = sul­fure de chaux. C’est une com­bi­nai­son de soufre et de cal­caire (écailles d’huî­tres)cal­ci­nés.

    Les mots clés : HYPERSENSIBLE VIOLENT ECHARDE NAUSEABOND FROID

    • Hepar (PDF – 113 ko)
  • Hyosciamus

    Présentation du remède : Jusquiame de la famille des Solanacées, vis­queuse,velue, à odeur fétide.Les prin­ci­pes actifs sont des alca­loi­des de type tro­pa­nol : hyo­cya­mine,atropine,et sco­po­la­mine

  • Hypericum Perforatum

    Présentation du remède : Hypericum per­fo­ra­tum :C’est le mil­le­per­tuis de la famille des hyper­ica­cées (Europe), « herbe de la Saint Jean » « herbe aux mille trous ».

    Les mots clés hyper­sen­si­bi­lité dou­lou­reuse trau­ma­tisme des nerfs

  • Ignatia

    La fève de Saint Ignace est un arbuste ori­gi­naire des Philippines dont les fruits peu­vent mesu­rer jusqu’à 10 cm de dia­mè­tre. Ces fruits contien­nent des grai­nes qu’on uti­lise pour la thé­ra­peu­ti­que. La com­po­si­tion est proche de la noix vomi­que ( Nux vomica ) avec une inver­sion de la pro­por­tion de strych­nine ( 60% ) et bru­cine.(40%).

  • Iodium

    C’est l’Iode métal­loïde qui se pré­sente en en lamel­les fria­bles, d’odeur forte, de saveur âcre ; il est peu solu­ble dans l’eau mais solu­bles dans l’alcool. Samuel Hahnemann a com­posé sa patho­gé­né­sie à partir des effets toxi­ques de cette sub­stance.

    Mots clé : CHALEUR MAIGREUR FAIM HYPERACTIVITE

  • Ipeca

    C’est un végé­tal. Racine d’Ipecacuanha, ou racine vomi­tive, Radix bra­si­lien­sis, de la famille des rubia­cées. La racine sèche est uti­li­sée pour le remède.

    NAUSEES PERMANENTES AVEC LANGUE PROPRE HEMORRAGIES

    • Ipeca (PDF – 127.7 ko)
  • Kalium Bichromicum

    Cristaux de cou­leur rouge orangé clair Bichromate de potas­sium

    Les mots clés BOUCHONS MUQUEUX GASTRITE DOULEURS LIMITEES

  • Kalium Bromatum

    Présentation du remède : Bromure de potas­sium, ancien­ne­ment uti­lisé à l’armée comme séda­tif pour calmer les ardeurs sexuel­les.

    Les mots clés Culpabilité+++, Agitation

  • Kalium Carbonicum

    Carbonate de potasse (K2 CO3) ou encore « Sel d’Armoise ». Poudre cris­tal­line blan­che, très déli­ques­cente, de saveur alca­line, très solu­ble dans l’eau, inso­lu­ble dans l’alcool. C’est un sel alca­lin caus­ti­que pos­sé­dant les ions K+ et Ca ++ qui régis­sent les échanges trans­mem­bra­nai­res dans l’orga­nisme. Se trouve dans les cen­dres de tous les végé­taux sauf ceux qui crois­sent en bord de mer.

    MOTS CLEFS

    FATIGUE EXTREME, EPUISEMENT PROFOND / DEPENDANCE IRRITABILITE. HYPERSENSIBILITE DEFAILLANCES ORGANIQUES MULTIPLES (OEDEMES)

  • Kalium Iodatum

    Présentation du remède : Iodure de potas­sium. Ce médi­ca­ment est uti­lisé cou­ram­ment dans les patho­lo­gies rhino-pha­ryn­gées et pul­mo­nai­res ainsi que rhu­ma­to­lo­gi­que.

    Les mots clés SINUS PERIOSTE ULCERATION

  • Kalium Muriaticum

    Composé chi­mi­que de potasse ( kalium) et de chlore ( muria­ti­cum) . C’est un cons­ti­tuant de notre corps, pré­sent dans le sang, les mus­cles et le tissu ner­veux.

    Les mots clés TROMPE D’EUSTACHE SECRETIONS VISQUEUSES

  • Kalium Phosphoricum

    Présentation du remède : (Phosphate de potas­sium)

    Les mots clés IRRITATION ASTHENIE PARESIE

  • Kalium Sulfuricum

    Sulfate de potas­sium – K2 SO4 – Cristaux anhy­dres, durs, de saveur amère et salée, solu­bles dans l’eau, inso­lu­bles dans l’alcool.

    Les mots clés Caractère doux Ecoulement jaune vis­queux

  • Les Kalium et les Natrum

    Les Kalium D’après SCHOLTEN J (homéo­pa­thie et miné­raux)

  • Kreosotum

    Présentation du remède : gou­dron de hêtre, uti­lisé comme conser­va­teur de vian­des

  • Lac Caninum

  • Lachesis Mutus

    Présentation du remède : Venin du ser­pent Lachesis muta (ser­pent de la zone tro­pi­cale de l’Amérique cen­trale et de l’Amérique du Sud. De cou­leur rouge brun, il peut attein­dre 2m de long. Encore appelé Surucucu. C’est un ser­pent veni­meux très dan­ge­reux)

  • Ledum Palustre

    « C’est le Romarin des marais, le Ledon des marais, arbuste de 50cm qu’on trouve dans les tour­biè­res, les bois de pins maré­ca­geux…tou­jours dans des régions froi­des (il n’appré­cie guère le soleil et la séche­resse et a les pieds et les raci­nes dans l’eau glacée, les marais sont syno­ny­mes d’immo­bi­lisme). Il pro­li­fé­rait par­ti­cu­liè­re­ment à la période gla­ciaire et il est consi­déré comme un archaïsme végé­tal. Cet arbuste vit très vieux. Il res­sem­ble à un jet d’eau ver­ti­cal s’étalant vers le haut. (la dyna­mi­que de ce remède est de bas en haut). Son odeur et sa saveur très amère repousse les ani­maux et insec­tes, la ver­mine, les tien­nent à dis­tance ( comme si Ledum se méfiait de l’exté­rieur et le pousse à vivre dans l’ombre) ». (Dr. P. Servais) Plante tou­jours verte. La T.M. est pré­pa­rée à partir de la plante entière, cueillie à l’époque de la flo­rai­son (avril à juillet)

    • Ledum (PDF – 116.5 ko)
  • Lilium Tigrinum

    Présentation du remède : Le lis Tigré, Symbole de géné­ra­tion et de pureté tachée. Plante orne­men­tale, vivace, de la famille des lilia­cées. Originaire de Chine et du japon, d’odeur forte et ayant un pollen qui tâche énormément. La fleur a des orga­nes sexuel­les hyper déve­lop­pés et se repro­duit par des bul­billes qui pous­sent au bas des feuilles. C’est une fleur qu’on offre et qui s’offre. Symbole de pureté et d’inno­cence (sur­tout le lys blanc appelé lilium can­di­dum). « En fait il y a dans le lis bien plus de volupté que de can­deur et ce ne sera pas lui faire offense que de la consi­dé­rer comme l’une des plus belles plan­tes de séduc­tion qui soit. » Bernard Bertrand

  • Luesinum

    Présentation du remède : bio­thé­ra­pi­que (« nosode ») fabri­qué à partir de lysats de séro­si­tés de chan­cres syphi­li­ti­ques pri­mi­tifs recueillie avant tout trai­te­ment spé­ci­fi­que. Il fut intro­duit en 1880 dans la matière médi­cale sous le nom de « syphil­li­num »par Swann.

  • Lycopodium

    Présentation du remède : Lycopodium cla­va­tum est une plante her­ba­cée de la famille des Lycopodiacées dont on uti­lise les spores. Ces spores contien­nent de nom­breu­ses sub­stan­ces en rela­tion avec l’action phar­ma­co­dy­na­mi­que de Lycopodium :
    - miné­raux : oxyde de cal­cium, de soufre, d’alu­mi­nium, de silice, de fer et du man­ga­nèse
    - du sucre
    - des matiè­res gras­ses : gly­cé­ri­des d’acides satu­rés et insa­tu­rés
    - des ala­ca­loï­des ana­lo­gues struc­tu­raux de la mor­phine (lyco­po­dine, cla­va­tine, cla­va­toxine) La lyco­po­dine a une acti­vité para­sym­pa­ti­co­to­ni­que

    La tein­ture-mère pro­vient de spores diluées préa­la­ble­ment écrasées au mor­tier .

  • Magnesia Carbonicum et autres Magnesiae

    MAGNESIA CARBONICA Présentation du remède : Carbonate de magné­sium

    Les mots clés : PACIFICATEUR /.ABANDON (orphe­lins) AIGREUR, ACIDITE

    MAGNESIA PHOSPHORICA

    Présentation du remède : Phosphate acide de magné­sium C’est une poudre blan­che ino­dore, très peu solu­ble dans l’eau, inso­lu­ble dans l’alcool

    Les mots clés CRAMPES SPASMES

    MAGNESIA MURIATICA Présentation du remède : Chlorure de magné­sium

    Les mots clés CONSTIPATION PARENTS DIVORCES DEPRESSION MANIACO-DEPRESSIVE

  • Manganum

    Présentation du remède : Acétate ou car­bo­nate de man­ga­nèse Transporteur de 02 Rôle de nutri­tion des tissus durs ; os, dents, organe audi­tif Rôle de nutri­tion géné­rale

  • Medorrhinum

    Présentation du remède : lysats de sécré­tions uré­tra­les blen­nor­ra­gi­ques pré­le­vées en période d’écoulement sur des mala­des n’ayant pas encore été trai­tés par des anti­bio­ti­ques

  • Mercurius Solubilis

    C’est le mer­cure mode de pré­pa­ra­tion : on dis­sout 28g de nitrate mer­cu­reux dans 100ml d’acide nitri­que dilué ; On ajoute 5 g de mer­cure. On laisse en contact pen­dant 24 H en agi­tant de temps en temps. On filtre et on ajoute au fil­trat de l’ammo­nia­que dilué jusqu’à pré­ci­pi­ta­tion com­plète. On laisse repo­ser. On filtre. On lave le pré­ci­pité à l’eau. On sèche sur papier filtre sans chauf­fer, à l’abri de la lumière. = Poudre noi­râ­tre, acre, pra­ti­que­ment inso­lu­ble dans l’eau, l’alcool et l’ether, conte­nant 85% de mer­cure.

    Les mots clés : TRANSPIRATION SALIVATION PURULENT

  • Mezereum

    Daphné, arbris­seau de 1 mètre de hau­teur, qui pousse dans l’hémi­sphère nord.

  • Natrum Carbonicum

  • Natrum Muriaticum

    Sel marin=chlo­rure de sodium Sel d ‘échanges

  • Natrum Sulfuricum

    Sulfate de sodium : Na2S04 Poudre blan­che ino­dore, faci­le­ment solu­ble dans l’eau

  • Nux Moschata

    Présentation du remède : Myristica fra­grans Houtt., Noix mus­cade. C’est la graine du mus­ca­dier, arbre ori­gi­naire des archi­pels de l’océan indien, notam­ment des Moluques. Le fruit est eupho­ri­sante, aphro­di­sia­que et a un pou­voir nar­co­ti­que, à haute dose. On en extrait deux épices (le macis, et la noix de mus­cade) qui ser­vent à mas­quer le goût réel pour nous emme­ner dans un espèce de para­dis des saveurs arti­fi­ciels. La tein­ture mère est pré­pa­rée à partir de l’amande de la graine séchée. Elle contient lipi­des et une huile essen­tielle.

  • Nux Vomica

    Présentation du remède : Botanique : Noix vomi­que ; Strychnos nux vomica L. (loga­nia­cées) Description : arbre de l’Asie du sud-est, à feuilles oppo­sées, per­sis­tan­tes, ovales, brillan­tes. Les fleurs, peti­tes et blanc ver­dâ­tre sont réu­nies en cyme. Le fruit est une baie cor­ti­quée de la taille d’une petite orange, ren­fer­mant plu­sieurs grai­nes au milieu d’une pulpe vis­queuse.

    Partie uti­li­sée : la graine sèche. Composition : 2,5 à 3% d’alca­loï­des indo­li­ques dont la strych­nine et la bru­cine. Les mots clés HYPEREXCITABLILITE INTOLERANCE, IRRITABILITE HYPERESTHESIE SPASMODICITE

  • Opium

    Pavot som­ni­fère de la famille des Papavéracées. Plante annuelle pou­vant attein­dre 1,5 m de haut ; les fleurs sont gran­des et soli­tai­res ; le fruit est une cap­sule ovoïde. Le pro­duit de base est le latex obtenu en inci­sant les cap­su­les avant matu­rité du « pavot à fleurs blan­ches » (Papaver Somniferum). Son usage médi­cal remonte à la plus haute anti­quité pour lutter contre la dou­leur sur­tout (mor­phine) mais aussi contre la diar­rhée (Laudanum), la toux, les spas­mes, les insom­nies (papa­vé­rine)… Les mots clés : PEUR / GRANDE FRAYEUR TOUT ETAT EMOTIONNEL FORT

    • Opium (PDF – 155.5 ko)
  • Petroleum

    Pétrole

  • Phosphoricum Acidum

    Présentation du remède : Acide phos­pho­ri­que concen­tré. Liquide siru­peux, lim­pide et inco­lore, mis­ci­ble à l’eau et à l’alcool, pou­vant se soli­di­fier à basse tem­pé­ra­ture en une masse de cris­taux inco­lo­res fon­dant au dessus de 28 ° C Les mots clés EPUISEMENT PERTE DE LIQUIDES VITAUX DESILLUSION

  • Phosphorus

    C’est le Phosphore blanc

    Les mots clés : HEMORRAGIES « FLAMBEE BRUTALE » BRÛLURES Tout est rouge, évoque le FEU .

  • Platina

    Présentation du remède : = Mousse de pla­tine ( Pt ) La mousse de pla­tine se pré­sente sous forme d’une masse spon­gieuse absor­bant cer­tains gaz à haute tem­pé­ra­ture. Le pla­tine, tel d’autres métaux nobles ( or ) peut être dis­sous par l’eau régale bouillante ( eau royale – mélange d’acide chlor­hy­dri­que et d’acide nitri­que concen­trés).

  • Plumbum Metalicum

    Présentation du remède : C’est le plomb métal­li­que : métal lourd, mal­léa­ble, gris bleuâ­tre, très répandu dans la nature, le plus sou­vent com­biné à dif­fé­rents sels. Ce métal est connu depuis l’Antiquité, on en retrouve l’usage chez les Egyptiens, depuis 6000 ans avant Jésus-Christ, pour recou­vrir des pote­ries ou autre orne­ments.

    Les mots clés COLIQUES VIOLENTES AVEC ABDOMEN TIRE EN ARRIERE PARALYSIE

  • Psorinum

    Présentation du remède : Biothérapique pso­ri­que

    La pre­mière mala­die chro­ni­que d’Hahnemann

  • Pulsatilla

    Présentation du remède : Pulsatilla Nigricans ou Pulsatilla Pratensis est l’ané­mone des prés, com­mu­né­ment appe­lée Coquelourde, de la famille des Renonculacées

    Les mots clés Humeur chan­geante Malléabilité – Soumission – Douceur Extrême varia­bi­lité des Symptômes

  • Pyrogenium

    Liquide extrait de viande putré­fiée. Ce remède « bio­thé­ra­pi­que », intro­duit par des homéo­pa­thes anglais, est pré­paré à base de viande de bœuf décom­po­sée lais­sée au soleil pen­dant deux semai­nes et puis dyna­mi­sée. C´est à partir de cette pré­pa­ra­tion qu´ont été obte­nues les expé­ri­men­ta­tions et la plu­part des expé­rien­ces cli­ni­ques de ce remède. (Plus tard, le Dr. Swan a dyna­misé un peu de pus sep­ti­que, pré­pa­ra­tion qui s´est également révé­lée effi­cace et fut uti­li­sée cli­ni­que­ment).

    • Pyro (PDF – 124.1 ko)
  • Rhus Toxicodendron

    Présentation du remède : Plante : sumac véné­neux, arbuste de la famille des ana­car­dia­cées Plante extrê­me­ment véné­neuse. Elle a de gran­des bran­ches flexi­bles, minces, attei­gnant jusqu’à plu­sieurs mètres de hau­teur et pou­vant s’atta­cher aux arbres voi­sins autour des­quels elle grimpe par des radi­cu­les qui s’implan­tent dans leurs écorces.

  • Rumex Crispus

    Présentation du remède : patience sau­vage. famille. des poly­go­nées

  • Ruta Graveolens

    Présentation du remède : Botanique : Ruta Graveolens, Rue fétide ou Rue des jar­dins est une plante de la famille des Rutacée, comme aussi le Buchu et le Jaborandi. Ruta est un arbris­seau sous-fru­tes­cent (Une plante est dite sous-fru­tes­cente, lors­que la partie infé­rieure de sa tige seule est ligneuse, rameuse, de bois), Cet arbris­seau a 1 mètre de haut envi­ron, très rami­fié et ligneux à la base, pré­sent en région médi­ter­ra­néenne et dans l’ Asie occi­den­tale. Les feuilles d’un vert glau­que, semi per­sis­tan­tes, sont alter­nes, sou­vent tri­lo­bées et de consis­tance un peu char­nue. Petites fleurs, de cou­leur jaune ver­dâ­tre, regrou­pées en corymbe. La plante dégage une odeur forte et péné­trante, désa­gréa­ble et fétide, et a un goût amer.

    • Ruta (PDF – 110.6 ko)
  • Sabina

    Il s’agit d’un coni­fère, le Genévrier sabine, Juniperus sabina, de la famille des Cupressinées Le végé­tal tout au long de son his­toire n’a cessé d’élaborer des sys­tè­mes de repro­duc­tion de plus en plus per­fec­tion­nés. La Sabine’est un gym­no­sperme, plante à fleurs chez laquelle la graine n’est pas enfer­mée dans un fruit mais seu­le­ment posée sur une écaille ce qui évoque « une sexua­lité gâchis consi­dé­ra­ble parce que le pollen est largué dans l’atmo­sphère ». Cette graine contient le germe ou embryon de la future plante Ces arbres ne sont pas hauts. Ils ont sur­tout des bran­ches hori­zon­ta­les et leurs rameaux ver­ti­caux sont courts. Ils pous­sent sur des sols rocheux et pier­reux, riches en miné­raux et pau­vres en azote, en plein soleil sous des cli­mats chauds et secs. Le bois est très homo­gène brun rouge, for­te­ment odo­rant comme les rési­neux. C’est un bois toxi­que qui tache la peau en rouge. C’est une plante abor­tive. (Docteur Marc Brunson)

  • Secale Cornutum

    Ergot de seigle : cham­pi­gnon para­site des fleurs de seigle qui se pré­sente comme une masse allon­gée en forme d’ergot de coq, de cou­leur noir vio­lacé, d’odeur désa­gréa­ble, s’accen­tuant par le vieillis­se­ment . On les récolte dans la pénin­sule ibé­ri­que, en Europe cen­trale et en Russie

    Les mots clés SANG NOIR GANGRENE ISCHEMIE CRAMPES

  • Sepia Officinalis

    Présentation du remède : Sepia ou « encre de seiche » pro­vient d’un mol­lus­que marin de la classe des cépha­lo­po­des. C’est un liquide brun-noi­râ­tre expulsé par l’animal en cas de danger ou pour atta­quer. On trouve la seiche dans les eaux côtiè­res des mers tem­pé­rées et chau­des.

    Les mots clés DEPRESSION STASE PTOSE PESANTEUR

  • Serpent

    Ces remè­des sont pré­pa­rés à partir du venin du ser­pent.

    BOTHROPS : = Bothrops lan­ceo­la­tus (fer de lance). Amérique du Sud, dans les cultu­res de caféiers et de canne à sucre. Peut attein­dre 2m de long. Tête trian­gu­laire

    Les mots clefs DIAGONALE ARTICULER

  • Silicea

    =Silice pure extraite du cris­tal de roche. Du latin silex, sili­cis. Composée oxy­géné du sili­cium, corps extrê­me­ment stable, non dis­so­cia­ble par la cha­leur, dif­fi­cile à réduire. Le sili­cium est l’élément le plus abon­dant dans la bio­sphère ter­res­tre .Il repré­sente 60% de la croûte ter­res­tre. Le cris­tal de roche est un quartz hyalin, inco­lore, trans­pa­rent et très dur. Silicea terra est obtenu à partir de cris­tal de roche pul­vé­risé. « Dans le règne végé­tal, la pro­por­tion de silice, dans les fibres aug­men­tent avec la crois­sance et dimi­nue avec l’âge car elle en aug­mente l’élasticité et la résis­tance, rap­pe­lons le fameux exem­ple de la tige de blé « qui plie et ne rompt pas » (La Fontaine). Elle aug­mente aussi la résis­tance des végé­taux aux infec­tions et aux radia­tions. C’est dire qu’elle leurs assure bonne crois­sance et bonne pro­tec­tion. (Dr Lamothe) ». Dans le règne animal, la silice est pré­sente dans à peu près tous les tissus et orga­nes, du sque­lette à la cara­pace, en pas­sant par les pha­nè­res, les parois arté­riel­les et le tissu conjonc­tif. Le sili­cium est uti­lisé en joaille­rie et autres arts, en infor­ma­ti­que. Il a un rôle de qua­lité.

  • Staphysagria

    Présentation du remède : ou pied d’alouette son nom signi­fie « raisin sau­vage » ; bisan­nuelle elle mesure 1m.de haut et pousse dans les endroits ombra­gés . Plante du bassin Méditerranéen , de la famille des Renonculacées. Sa graine sèche broyée (brun foncé) est uti­li­sée en homéo­pa­thie .

    C’est une grande herbe toute fine, toute droite qui casse vio­lem­ment au coup de vent et c’est irré­mé­dia­ble. « Sa soli­dité n’est pas à la hau­teur de sa gran­deur » Toute la symp­to­ma­to­lo­gie tourne autour de cette notion d’avoir été mor­tel­le­ment cassée, humi­liée et elle ne s’en remet pas.

  • Stramonium

    Datura stra­mo­nium ou pomme épineuse : plante her­ba­cée pou­vant attein­dre 1,2m de haut à feuilles ovales très décou­pées ; les fleurs sont très gros­ses, soli­tai­res, à corolle blan­che ; le fruit est une cap­sule héris­sée d’épines. De la famille des Solanées comme la bel­la­done et la jus­quiame. On trouve le datura dans toute l’Europe, au bord des che­mins, dans les lieux incultes. Partie uti­li­sée : partie aérienne en cours de flo­rai­son.

  • Sulfur

    Présentation du remède : Le soufre est le plus grand remède de la Matière Médicale homéo­pa­thi­que, au point de vue de l’uni­ver­sa­lité et de la pro­fon­deur de son action. *Le soufre est pré­sent

    • dans les protéines de la peau et des phanères
    • dans le tissu conjonctif
    • dans l’appareil ostéo-articulaire
    • dans les parois artérielles *Il exerce une action de détoxication
    • au niveau du foie
    • dans toutes les réactions inflammatoires *Il a un rôle au niveau de la circulation
    • circulation veineuse porte abdominale *Il entre en action dans de nombreux processus enzymatiques

    Les mots clés : EGOCENTRIQUE OPTIMISTE AUTO-INTOXICATION CHALEUR PRURIT ALTERNANCES

  • Sulfur Acidum

    Acide sul­fu­ri­que : H2SO4

    Présentation du remède : C’est un acide fort, nommé aussi vitriol. Son action est pro­fonde et caus­ti­que. Liquide siru­peux, très cor­ro­sif. C’est un des remè­des les plus dépres­sifs.

    Les mots clés HEMORRAGIES SANG NOIR FAIBLESSE DISPROPORTIONNEE NECROSE ET ULCERATION

  • Thuya Occidentalis

    Présentation du remède : Le THUYA est un arbre de la famille des coni­fè­res .La tein­ture mère est pré­pa­rée avec les jeunes feuilles macé­rées dans l’alcool. Remède capi­tal, chef de file de ce ter­rain qu’on appelle la sycose.

    Les mots clés Rétention d’eau dans les tissus Catarrhe chro­ni­que des muqueu­ses Production de peti­tes tumeurs cuta­nées Développement lent et insi­dieux

    • Thuya (PDF – 114.4 ko)
  • Tuberculinum

    Présentation du remède : Biothérapique tuber­cu­li­ni­que Son ancienne déno­mi­na­tion était T K ( tuber­cu­line de koch ) ; depuis 1955 , c’est la tuber­cu­line brute , obte­nue à partir de culture de myco­bac­té­rium tuber­cu­losi d’ori­gine humaine et bovine.

    • Tuber (PDF – 132.6 ko)
  • Veratrum Album

    Ellébore blanc. Plante her­ba­cée robuste de la famille des lilia­cées ; à tige raide attei­gnant 1,5 m de haut. Les feuilles sont alter­nes, les fleurs sont ver­dâ­tres .Commune en France et en Europe cen­trale et méri­dio­nale, dans les prai­ries et pâtu­ra­ges de mon­ta­gne. C’est la racine qui est uti­li­sée.

  • Zincum Metallicum

    Le zinc (Zn) se pré­sente sous forme de métal blanc argent à reflets bleus, par­fois de poudre grise, et il est solu­ble dans les acides dilués en déga­geant de l’hydro­gène.


design choc02
réalisé avec SPIP